Les éboueurs du futur

Les éboueurs du futur est une illustration musicale représentant une interprétation sonore de l’image ci-dessous.

Matt Marcha - Musique - Sujet concours MAAV

La musique, comme l’illustration, se découpe en trois parties : la première est purement introductive et laisse place à une seconde plaçant le décor futuriste de façon ample mais sobre et froide. La troisième partie développe ce décor en imaginant le mouvement et le fonctionnement du véhicule des éboueurs du futur.

La composition a été réalisée pour le concours d’entrée au MAAAV.

Devisu

Devisu est le nom d’un projet de jeu vidéo réalisé pour le concours de l’ENJMIN.

Il s’agit d’un jeu de plate-forme inspiré du poème Le bateau ivre de Rimbaud, mettant en scène les aventures d’un adolescent fuyant la maison afin de chercher à se construire. Le gameplay s’axe autour de différentes interactions possibles avec chacun des éléments présents dans les niveaux, permettant de modifier celui-ci à la guise du joueur. Les deux extraits présents sont similaires au niveau de la musique, et l’un d’eux est une simulation de partie, avec bruitages ajoutés. Le joueur évolue alors dans un jardin, en interagissant avec plusieurs éléments (tables, chaises, fleurs, arbres, rivière…).

Vous pouvez consulter le dossier du jeu Devisu pour avoir plus d’informations à son sujet.

La version sonorisée est disponible ci-dessous :

Old Castle

Old castle est une création absurde, déstructurée et spontanée histoire de s’essayer à la musique électronique. Dans l’idée, ça traduit un vieux manoir croulant , presque hanté, à mi-chemin entre cauchemar et réalité.

Spéciclass

Travail d’identité sonore menant à la création d’un logo sonore et d’une courte bande-son pour accompagner le message d’accueil d’un standard téléphonique.

Le design traduit une image enfantine, légère associée au précieux, au feutré. L’objectif est d’évoquer le souvenir et la conservation, au moyen des timbres et de la mélodie.

Réalisé pour la société Spéciclass.

Il neige

Il neige raconte l’histoire d’un enfant se perdant dans une tempête de neige.

Il neige est la poursuite du travail effectué sur les arrangement des composition au piano. La musique est manifestement plus orientée vers une instrumentation massive puisant son inspiration dans l’orchestre symphonique, la composition fut également l’occasion de travailler sur le rythme et les percussions.

La première partie reste dans le même trip que pour la version piano : calme, progressive, fine, pour évoquer les premiers flocons d’une chute de neige forcissant petit à petit. La seconde partie tend bien plus vers la tempête qu’avant, avec un aspect légèrement plus dramatique, conservé jusqu’à l’accalmie.

Au départ composée d’une simple succession de quatre accords, un pupitre de cuivre pauvre et peu de rythme, la musique fut enrichie grâce aux excellents conseils de Charleon sur la section Arts de Kongregate pour donner la version actuelle moins monotone et plus intense.